EN ROUTE VERS ALEPH

FaceBook  Twitter  Mail

 DSC0366 copie

De la colline oubliée à la colline inspirée,
D’un moulin à l’autre,
De l’exil à la rédemption.

Aleph

Aleph est pour moi un chemin de vie…

L’année de mon Bac en 1973-74, notre professeur de philosophie, pourtant très province et terroir dans une école huppée du 7° arrondissement, s’était acharné à nous faire travailler sur les Cinq méditations sur l’existence de Nicolas BERDIAEV. J’étais fasciné, sans savoir trop pourquoi, le goût déjà pour la métaphysique et la méta-histoire sûrement.

1972 solaris w polsce

Je retrouvais ce parfum dix ans plus tard en regardant le film Solaris d'Andreï TARKOVSKI, à cette fin qui laisse entrevoir une lumière, promesse spirituelle qui reviendra un jour de l’Est. Et, un jour, en me promenant au crépuscule dans une clairière de la Forêt Noire allemande, dans le miroir de son étang, j’eus la vision « numineuse » de cette finalité.

 

La pensée d'AD GRAD, d’origine juive russe, descendant du Gaon de Vilna, me fascina et me fit rentrer pile à la trentaine (1988) dans l’étude embryonnaire de la Kabbale. Le premier ouvrage qui se grava en moi fut La Kabbale du Feu.

Sur la colline d’Issy-les-Moulineaux, dans mon pavillon « Jardins secrets », au fond d’une impasse, au numéro 11, je traversais là ma première nuit obscure, en peignant et en étudiant chacune des 22 lettres hébraïques.

FDV copie

Mon premier recueil de poèmes, "Force de Vie - la voie de la transmutation" fut préfacé très aimablement par AD. GRAD. De fait, j’avais aussi rencontré le livre d’Emmanuel LEVYNE, La Kabbale du Aleph, où j’y avais retrouvé Nicolas BERDIAEV, le philosophe et mystique chrétien russe, enterré pas loin, au cimetière du Bois Tardieu de Clamart (92). Puis ensuite, Dans le silence du Aleph de Claude VIGEE.

931px Blason ville fr Issy les Moulineaux Hauts de Seine.svgVers l’an 2000, je déménageais près de la Place Clichy, pour y connaître une seconde nuit obscure. Progressivement, je compris que le destin me dirigeait dans ce quartier, de Pigalle à Montmartre, une autre colline sacrée, pour la remontée vers Aleph. Des Moulineaux aux moulins de la Butte. Comme l’avaient fait auparavant Emmanuel LEVYNE et les Editions TSEDEK.

 DSC0388 copie 2

Avec la clé transmise par ce dernier, j’entrepris d’ouvrir la porte de ce mystère apparent, que José-Luis BORGES, l’aveugle, avait lui aussi approché. Aleph devint pour moi une réalité vivante, guidé par un faisceau de signes et de rencontres, pour reconstituer un puzzle savant et contradictoire.

Et afin de gérer la contradiction entre Pigalle et Montmartre, Mikhail BOULGAKOV me fut un précieux viatique avec Le Maître et Marguerite, pour tenter de circonscrire par le verbe la folie apparente et luciférienne de ce monde.

maitremarguerite

La clé, ensuite, vous la connaissez tous. Merci Amélie POULAIN.
 

© Eric LE NOUVEL

Web Analytics