2. LA ROUTE DU CODE

FaceBook  Twitter  Mail

Par Féeric

 

Je venais d'avoir douze ans.

Pour un drôle d'anniversaire, mes parents, Merlin et Viviane, les piliers éternels de Brocéliande, me convoquèrent dans leur QG, l'Arbre des Gaules et des Voyageurs, de fait le Hêtre primordial, près de la côte de Beauvais. C'est là où ils étudient, rendent les oracles avec les Runes, se branchent sur l'Alphabet hébraïque sacré, et refont sinon leur monde, au moins leur propre paradis sur terre avec le ciel.

Souvent, ils mettent leur grain de sel magique dans mon existence par trop cristalline. Il n'y a pas d'âge pour être adulte quand on est Féeric, trop jeune et trop vieux à la fois.

Merlin me mit dans l'ambiance de suite en arrivant : « Jésus avait douze ans quand ses parents le présentèrent au Temple... »

Sur mes gardes, je lui rétorquais du tac au tac : « Oui, il avait beau être prophète dans son pays, contrairement à tout un chacun, avec le résultat que l'on sait, l'un de ses trois enfants, fabriqué avec la Madeleine, fut élevé par les Druides de Bretagne.»(1)

Viviane me mit la main sur l'épaule : « Justement nous y sommes : c'est bien de toi qu'il s'agit. » Et elle commenca.

« Regarde cet Arbre : comme nous, il est trop vieux pour avoir un âge. Ses racines et ses branches nous portent, et réciproquement. C'est le Néméton, le dernier sanctuaire opératif qui nous reste. Par mémoire, il est druidique, mais ses rites anciens n'ont plus cours. Sauf pour les nostalgiques, mais ce n'est que du rêve. »

Merlin intervint alors. Souvent, Père intervient après Mère. On ne sait pas pourquoi. L'une est plus instinctive, l'autre préfère d'abord réfléchir.

« C'est vrai, le temps a plusieurs visages à travers le Continuum, après la Grande Explosion du Début. Nous aussi. Je te rappelle l'histoire complexe de notre famille qui traversa les époques. Commençons par le commencement. Au début, en-tête, dans le principe, Dieu créa le Ciel et la Terre.. » Il s'arrêta. Non, c'était pas tout-à-fait çà. Merlin avait visé un peu haut, comme d'habitude.

 

 

Il continua : « Bon, simplifions. A un moment non défini, le désordre régnait sur la Terre. Les Anges couchaient avec les femelles et engendraient des Géants rebelles à Dieu, et meurtriers, les Néphilim.Tu en trouves encore traces aujourd'hui en Brocéliande avec quelques tombes préhistoriques à leur taille lointaine.

L'orgie continuait : le genre humain se mélangeait avec le genre animal, et fabriquait des monstres semant la destruction. C'était le bazar, la décadence, la descente aux enfers. De cette époque sombre date la formation des forces du Grand Mélange, qui vont par la suite polluer l'histoire de l'humanité, et s'inscrire dans les couches profondes de la Légende Commune, jusqu'à nos jours.

Les Néphilim engendrèrent les Anakim, puis les Raphaïm, les Giborim, et enfin les Amalékim, qui devinrent les ennemis d'Israël-en bas tout au long de son histoire. On retrouva leurs descendants pendus au Tribunal de Nuremberg après la dernière Guerre. On a noté leur retour barbare dans la décomposition actuelle du Proche et Moyen Orient.

La descendance angélique alimenta le monde luciférien, la descendance animale le royaume de l'ombre. Toutes deux combattent l'ordre divin aux cieux et sur terre.

La Bible condamne cet épisode plutôt tabou, et ne s'étend pas sur la Chute des Anges. Seul les Livres d'Enoch contiennent les Clés de l'organisation angélique, mais sentant le soufre par rapport aux ordres religieux établis, ils furent exclus du Canon des textes juifs et chrétiens. »

Merlin fit une pause, et grimpa sur la première branche de l'arbre tutélaire. Il débutait fort. Pour la suite, prière de s'accrocher, mon Vieux...

« Ah, oui, où j'en étais...? Bien sûr, au Déluge ! 

 

Arche de Noe internet

 

Alors, le Bon Dieu se fâcha pour de bon. Une météorite se rapprocha très près de la Terre, et déclencha le dernier Déluge. Notre famille entra en scène à ce moment-là. Noé était le Père, à la grâce de Dieu. Ce fut mon premier visage : moi, Merlin, je suis né d'abord à cette époque. Naamah était la femme de Noé ; Viviane naquit ainsi à ce moment-là.

Nous eûmes alors trois fils : Shem, Ham et Japhet. Toi, Féeric commença d'exister à travers Shem. La suite est connue : l'Arche et tous les animaux, le grand nettoyage des Eaux, l'arc-en-ciel comme nouvelle alliance de miséricorde, et avec les Sept Lois appliquer.

Pour rien te cacher, nous trois, Noé-Merlin, Naamah-Viviane, et Shem-Féeric avons gardé des liens avec cette histoire très ancienne.

Vois-tu, il y avait aussi des créatures sympathiques dans ces êtres hybrides antédiluviens, et avec leurs descendants, qui ont muté en survivant dans des écosystèmes différents. Les animaux qui entrèrent dans notre Arche n'étaient pas tous "purs" en réalité.

On raconte beaucoup de contes sur mon origine, mi-surnaturelle, mi-humaine. » Merlin avait disparu dans les feuillages, et sa voix était pleine d'ivresse.

Viviane surenchérit : « D'où crois-tu que je tienne ma qualité de fée, et de Dame du Lac ?

Tous nos pouvoirs viennent de ce croisement luciférien et animal, tabou, enfoui dans la mémoire collective de l'ADN. Voilà pourquoi la Féerie perdure ; la nier provoquerait une perturbation insidieuse, source d’errance encore plus forte. 

Aujourd'hui, Féerie et son Petit Peuple de fées, lutins, devas, elfes, sylves, gnomes, trolls, korrigans, plus les géants, dragons, monstres, etc, peuplant les mondes intermédiaires, témoignent encore de cette réalité déguisée. »

Je ne tenais plus en place. « Et moi, Féeric, qui suis-je là-dedans ? » Merlin et Viviane éclatèrent de rire.

 

Feeric Ok

 

Merlin redescendit au sol et reprit sa narration : « Toi, c'est encore autre chose. Laisse-moi continuer. Donc, notre famille est née au dernier Déluge comme des archétypes, qui vont traverser l'Histoire sous différents noms, mais avec toujours le même visage. Seuls les contextes et les habits changent. Premier point.

Deuxième point, et non des moindres. Notre rattachement aux temps des Patriarches nous amènera à oeuvrer pour la Tradition à travers les âges, et de garder un lien indéfectible avec l'Egypte et l'Israël d'en-haut.

Au Royaume d'Egypte, lors de la fabuleuse harmonie des dieux avec les hommes, nous avions pignon sur le Temple. Moi, Thot, le Scribe de la Connaissance cachée et patron des magiciens avait de quoi faire à cette époque baignée du haut pouvoir du Serpent. Ta mère, la déesse Maât de service, veillait à l’ordre et à l’harmonie, tout en faisant oeuvre de vérité.

Elle réussit même à me convaincre de transmettre le Nom caché, qui devint le mystérieux Code d'Hermès Trismégiste, et continua ensuite son chemin que tu connais.

Après, nous faisions partie de la Caste des Yahouds à la Cour du Roi Akhénaton dans sa belle et opulente Cité d'Akhétaton. Les dieux anciens de Thèbes avaient été mis au rencart au profit d'un nouveau culte solaire unique. Cela ne plaisait pas aux prêtres qui avaient perdu leur influence et leurs richesses. Puis, à la mort de ce Pharaon, le grand Vizir AÏ remit les choses à leur place initiale.

 

ANOKHI 2

 

Quand nous sortîmes de Mitsraïm, Moses-Moïse avait reçu le Nom caché en 72 Lettres des Fils de Seth, mon frère en Osiris. Dans le sillage du jugement pharaonique et divin d'ANOKHI, les Prêtres portaient le sarcophage d'or contenant les reliques de la future Arche d'Alliance. Soient les momies du grand Joseph et d'Aseneth, son épouse et nièce, les vases et gobelets des Patriarches, transmis par MelkiTsédek, ton Parrain spirituel.(2)

La traversée de la mer Rouge, la mer des Joncs du Livre des Morts, fut quelque chose d'inoubliable, du grand spectacle, et quand Moïse leva son bâton en récitant le Nom, les femmes guidées par Myriam sa soeur, entonnèrent le Cantique de la Mer. La suite, on la connait, et personne ne l'a oubliée.

La roue tourna à nouveau. La famille continuait à se la couler douce sur le Nil, à l’Ile d’Eléphantine, avec les obligations sacerdotales habituelles.

Plus tard, nous fûmes rattachés à la Cour d'Alexandrie du Roi Ptolémée II d'Egypte. Je faisais partie des soixante-douze scribes (les Septantes-deux) qui réécrirent séparément et parfaitement les cinq rouleaux de la Torah en grec. Un sacré exercice de mémoire, je m’en souviens encore.

 

 

De l'époque précédente datait ton nom hébreu de Bar Shem, en mémoire de ton origine noahide, Fils de Shem. Et aussi de fils aîné de ton père, celui qui a plusieurs fois rédigé et transmis le Code. Tu es devenu le Fils du Code... le Barre-Codes ! Bravo !

 

Une religion en engendre une autre. Notre famille faisait partie des Rois Mages à la Crèche de l'Enfant Jésus. Depuis l'Arche de Noé nous avons gardé un bon souvenir des animaux, et cherchons leur compagnie. Ta soeur aînée aînée Dannah en témoigne aujourd’hui de son côté. »

 

Dans un état second, j'étais bouche bée, et oreilles écarquillées. Mes animaux-fétiches, MayApple et Pie-Ty m'avaient rejoint, car quelque chose d'important se racontait. Merlin termina par une péroraison lyrique :

 

« Puis, nous nous sommes tous retrouvés à la Cour du Roi Arthur, autour de la Table Ronde et du Saint Graal. Ce fut la consécration de notre parcours. Et, depuis nous tenons résidence en Brocéliande, qui était auparravant une bien plus vaste Forêt. Mais il fait encore bon de s'y reposer.

 

Nous sommes arrivés au coeur du sujet. Après cette renaissance, il y eut à nouveau une longue nuit pour toi. Le fleuve de l'oubli est passé par là. Tu vas devoir te re-souvenir pour accéder à ton programme, le Code des Lieux.

Les gens souriront de ta puérilité apparente. Comment connaîtras-tu ce que tu ne saisiras pas ? Tu ne pourras pas maîtriser le Code, mais le Code te connaîtra. Et ceux qui te suivront, et te liront, aussi.

 

 

Quant à moi, Merlin, j'ai consacré mes vies à servir la Connaissance cachée sous différents codes. Je suis encore druide, mais comme Viviane te le disait, cette histoire ne fonctionne plus que dans le folklore. Comme chez les Amérindiens. Il est spirituellement vain de se retourner.

 

La grande énergie celte réside encore dans sa sensibilité, et surtout dans son expression artistique sacrée, la musique. Elle y puise sa renaissance, et nourrit à nouveau les racines de l'Europe. Ici, nous sommes le peuple de l'alliance. La racine de breton est Brit, l'alliance. Et Vox populi, vox Dei, non ?

 

Le Code laisse ses traces à un moment donné, mais après, la Force s'en va ailleurs. Elle agit où elle veut, quand elle veut, comme elle veut, et avec qui elle veut. Ceux qui cherchent le Code, le Saint Graal, doivent s'en souvenir.

 

Tout est une question de degré d'âme et de travail pour entrer dans le Jardin du PaRDèS, et d'en goûter les fruits. Tout se mérite, comme la paix d'ici.

 

Féeric, Bar Shem, Fils du Nom, Fils du Code, viens et écoute, car nous avons aperçu le Saint Graal ! »

 

A toi de faire ton chemin, en le retrouvant à ta guise. Nous t’accompagnerons de près ou de loin.

 

Bonne chance, avec tout notre amour.»

 

© Eric LE NOUVEL

 

(1) cf. Laurence GARDNER, Le Graal et la Lignée royale du Christ, 1999.
(2) cf. Visions d'Anne-Catherine EMMERICH.

Web Analytics