LES ETANGS DE VILLE D’AVRAY

FaceBook  Twitter  Mail

 DSC0281 DSC0254

Ville d'Avray (92410) tient une place privilégiée dans mon coeur, puisque c'est un lieu béni et embelli de mon enfance, riche d'une charge émotionnelle particulièrement intense.

 DSC0295

En effet, mes grands-parents furent un temps les gardiens de la pittoresque et nostalgique Maison du peintre Jean-Baptiste COROT (1796-1895). Celui-ci fut fasciné par les étangs et les bois alentours qu'il transposa dans ses peintures. Notre mère, qui y passa une partie de son enfance goûta cet enchantement esthétique, romantique et imaginaire qu'elle nous transmis.

  DSC0308Corot.villedavray.750pix

Mes parents se marièrent à l'Eglise de Ville d'Avray, abritant toujours son tableau « Saint Jérôme dans le désert. » Ses autres oeuvres sur Ville-d'Avray ont une ambiance nervalienne, aujourd'hui réduite, mais heureusement persistante.

Je me souviens des bals musette des années 1960, issus du époque où l'on savait encore s'amuser avec ses voisins. Pour mémoire, le chien noir des grands-parents s'appellait Michka. On l'aperçut dans le film oublié Cybèle ou Les dimanches de Ville d'Avray (Serge BOURGUIGNON, 1962)

 

Je suis resté très attaché à ce lieu, et je ne manque pas de m'y rendre aux différentes saisons. Et même si l'urbanisme à fait son oeuvre, cela reste quand même un lieu privilégié, dont la magie perdure et opère encore.

Il faut peu de choses pour être heureux.

Même l'avoir seulement été suffirait, avec un coeur et une âme remplis.

Les étangs, ses nénuphars, la maison et le monument du Peintre, la forêt montante...cachant pudiquement les Souvenirs.

 

© Eric LE NOUVEL

 

VIDEOS

Les étangs de Corot à Ville d'Avray

Cybèle ou Les Dimanches de ville d'Avray (Extrait)

 

 

Web Analytics