LA MAGIE NATURELLE DU PAYS DE RÂNES

FaceBook  Twitter  Mail

  DSC0309 copie

 

Il est des endroits où vivent encore les légendes, les vérités cachées dépassant la réalité, pour nous rappeler le mystère de la vie lié à la nature, sa complice permanente.

Rânes (61150), Rana la Grenouille, la rivière Rainette, le symbole alchimique des ondins, Lancelot et le Trèfle, le pays du Graal…Oui, ce village est la porte d’un attachant petit royaume à la féerie locale et rare.

« Le bourg de Rânes est construit autour d'un magnifique château des 15° et 18° siècles.

 

 

Un donjon à machicoulis, percé d'ouvertures à meneaux, donne à la façade principale un caractère spectaculaire. Le souvenir de la Fée d'Argouges reste attaché à cette demeure. Une pièce à la mise en scène féerique rappelle cette créature, issue de la pure tradition mélusinienne.

Cette fée aurait épousé le Seigneur d'Argouges, qui l'aurait rencontré un soir de chasse se baignant avec ses compagnes ; mais à la seule condition qu'il ne prononcerait jamais le mot de Mort. Ils vécurent heureux pendant quelques années, mais un jour le mot fatidique échappa de la bouche du Châtelain. Sa femme monta sur le toit du Donjon, mis son pied mignon sur le créneau qui en garde encore la trace, et disparut dans un cri à jamais en direction de la Forêt d'Andaines.

 

 

On raconte que depuis ce temps-là, la Fée d'Argouges revient hanter les étangs du Parc de Rânes, pleurant l'amour disparu entre une fée et un humain. »

(in Guide des Chevaliers de la Table Ronde en Normandie - Corlet).

NB : on retrouve souvent ce type de conte en France, mais à ma connaissance Rânes en reste l'un des miroirs le plus évocateur.

 

RÂNES n’est-il pas R - N - S : Resch - Noun - Samekh : ר נ ס ? Le principe de la tradition et du secret…

Mais aussi l'expression de son élévation et de son standing, en 3 / 21. N'oubliez pas de voir son champ de courses derrière le château !

 

Musee

 

Le musée de la Préhistoire dans l’enceinte de la Mairie amplifie le poids du passé. Un vieux pays qui en a vu d’autres (la tourmente de 1944…).

Mais le territoire alentour prolonge durablement le secret, un monde de beauté en vase clos enraciné dans les profondeurs du passé et du sol. Interpellant votre ADN grégaire présent, comme chez une majorité de Français, il risque de vous marquer pour longtemps. Mieux encore, vous y enraciner dans une tribulation permanente guidée par la boussole de l’âme. La Quête se fait ici à l’envers à partir du but. C’est là que cela se passe ; et à vous de savoir pourquoi.

  DSC0278 copie

 

    Le hameau du Champ de la Pierre (61320), à 4 km au Sud, incluant les Forges. Un espace-temps privilégié, une perle rare. La quiétude des frondaisons et des 3 étangs (la petite et la grande Forge, la Fendrie).

« Fondées en 1572 par Claude de BROON (1) sur sa seigneurie du Champ de la Pierre et de Joué-du-Bois, les Forges demeurent dans la même famille jusqu’au XVIIème siècle, passant en 1702 aux Ricoeur de BÂMONT.

Le minerai était tiré, à ciel ouvert, des bois de Rânes puis de la Bruyère à Saint Brice, tandis que le charbon de bois provenait de la forêt d’Ecouves. Les Forges approvisionnaient clouterie, serrurerie et quincaillerie. » (2)

NB : le nombre de CHAMP DE LA PIERRE est 8, la transformation dans la matérialité (du minerai). Dont acte.

  DSC0048 copie

    

C'est le fief des D’ANDIGNE (avec un é), pure Noblesse française. Cette famille fut copropriétaire avec celle des DE FARCY (branche de la VILLEDUBOIS) de la forêt de Paimpont (Brocéliande), où elles exerçèrent l'activité de Maître des Forges de 1653 à 1860. (3)

 

 

Hubert D’ANDIGNE, fut maire pendant 59 ans et Président du Conseil Général de l’Orne. La mairie et le cimetière, sont de petites annexes en proportion du reste.

On y remarquera la tombe du fidèle serviteur. Pour un peu, l’imagination nous ramènerait au film Les vestiges du jour de James IVORY avec l’inoubliable Anthony HOPKINS et Emma THOMPSON.

 

 DSC0214 copie

 

Le château 18° siècle et son immense domaine, omniprésents. Le parc a été conçu à la fin du XVIIIème siècle par l’ancêtre, Ricoeur de BÂMONT.

« Une majestueuse allée de grands hêtres relie le château aux bords d’un étang ceint de bois, 
de prairies et de vergers.

Près de la maison se trouve l’ancien potager, Alain RICHERT, architecte paysagiste y créa sa dernière oeuvre remarquable en 2014 et qui fut achevée par Catherine WILLIS en 2015. Un petit jardin à la française se situe à côté de l’ancien potager. "

 

 

NB : il nous semble qu’un lien manque entre le « Château », de fait un ensemble de bâtiments indifférenciés entre les communs et le manoir, le jardin trop modeste dans ses plantations malgré quelques grands arbres, et la masse de la forêt toute proche. La césure s’avère de fait trop grande.

« Deux ports, un labyrinthe, plusieurs fabriques conçues par un gentilhomme de l’époque des Lumières, des allées et des perspectives pleines de charme qui font de ce parc préromantique un lieu poétique de délassement et de rêverie. Des salles vertes offrent de beaux points de vue sur l’étang. 

 

 

On y compte aussi un temple, une oisellerie, les grottes du petit bois et des rochers, des ponts, une salle verte. Des étangs agrémentés de la petite île et de l’île des 2 frères et sa chaumière. » (1) L’Etang de la Fendrie prolonge le charme envoûtant.

 

 

- NB : Pour nous le nec plus ultra, est cette luxueuse cabane-alcôve propice aux rendez-vous amoureux les plus sages ou les plus débridés, selon votre imagination.

 

  DSC0068 copies

 

Les Monts : la route commence dans une ambiance Canada « grands bois vous m’effrayez. » Puis l’enchantement arrive de chaque côté, aux différentes heures du jour et saisons, aux étangs de la 
petite et de la grande Forge.

 

 

Les blocs de rochers dans les champs, et les alignements cachés dans les hauteurs des bois, rappellent la force de l’origine. On ne sait pas toujours si ce sont les restes des anciennes montagnes hercyniennes, ou des arrangements de la main de l’homme du néolithique. 


 

 

Pendant la dernière guerre, les résistants se cachaient dans le labyrinthe des carrières.

  DSC0246 copie

 

Au bout d'un embranchement - ou via la D202 menant à Joué-du-Bois - se dissimule le hameau de la Raitière son joyau, la Chapelle Notre-Dame-de-Liesse (15°-19°s) à l'architecture originale.

 

 

La statue de l'Archange Michaël (Quis Ut Deus - Mi Kha El - Qui est comme Dieu ?) datée du combat de 1914 donne à l'ensemble une touche mystique puissante, dans une ambiance très armoricaine.

NB : « A la fin de la dernière guerre, on y extrayait encore du granit bleu dans cette limite orientale du Massif armoricain. » (4)

 

 

Le pèlerinage du 15 Août dédié à la Vierge est un must avec sa procession rétro. Les prières à Notre-Dame de la Raitière ont des accents d’incantations magiques renvoyant à la Déesse-Mère celtique ou préhistorique, en résonance avec un tel décor. On revisite aussi la nostalgie insistante d’un monde paysan disparu.

 

  DSC0157 copie

 

Parfois, c'est l'émotion de découvrir la chapelle rurale de La Chaux à quelques kilomètres, ses pierres tombales 18° siècle et ses vieux morceaux de vitraux, la trace de l’ancien bâtiment, empreints d’une mémoire préservée.

 

 

Souvent, dans ces campagnes si simples mais inoubliables, les animaux renvoient la respiration du vivant. Ils sont les gardiens des lieux, grande meute familière du pacte de notre connivence atavique.

 

 

Et bien des étangs dissimulés, parsemant le terroir, distillent leur message codé. En particulier la Cabane de Jeanne, Chambre d’hôte de Françoise au Grand moulin, enfouie dans un décor somptueux.

 

 DSC0347 copie

 

Il y a bien des sentiers de jadis à découvrir partout. Perdez-vous, pour mieux vous retrouver. 
La Fée d’Argouges, l’esprit du Petit Peuple, n'est pas loin, c'est sûr.

Dans votre part intime de mystère, ce climax-là est-il le vôtre ? Cette part de paysage fait référence. Le temps consacré en est le seul prix d'accès à l'archétype.

Venez et voyez…

 

© Eric LE NOUVEL

 

 

(1)

« Claude de BROON, né en 1530. Décédé le 25 février 1610 , à l’âge de 80 ans.


Chevalier, Seigneur des Fourneaux, Ambassadeur en Angleterre.
Il fut le premier de ce nom, qui ait habité le Champ-de-la-Pierre.

Son tempérament ardent et remuant en fit un partisan hardi. On raconte encore dans le pays ses principaux faits d'armes et surtout ses luttes contre la royauté. Battu du côté de Vendôme, avec un grand nombre de seigneurs et à bout de ressources, il eut l'audace de confisquer, à son profit, tous les impôts de la contrée qui étaient dus au roi. Mme de Montreuil nous apprend de plus qu'il suivit le parti de la Ligue et fut fait prisonnier à Nantes (1589). A sa sortie de captivité, il changea de sentiment et combattit ses anciens amis à Craon (1592), où il commandait une compagnie de chevau-légers et un régiment de gens de pied. La même année, il était pris au Mont-Saint-Michel et prisonnier pour la seconde fois.

screen

Adonné à l'alchimie, il avait établi son laboratoire près du grand étang de la Fenderie. Il combinait drogues sur drogues pour composer cette pierre philosophale qui devait produire des merveilles. Mais dans un mouvement d'impatience, de Broon saisit le précieux mélange et le précipita dans la pièce d'eau qui, dit la légende, se mit à bouillonner à gros flots : de Broon regretta, mais trop tard, sa fougueuse précipitation. Pour tuer son chagrin, il reprit les armes.

Il avait quatre fils : Jacques Jean Claude et René, et une fille du nom de Judith. »

(B de Rauglaudre, Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne 1893) » © Généanet.

 

 (2) site du Champ de la Pierre. (Voir horaires d'ouverture du Parc. Le château ne se visite pas.)

(3) cf. Wikipédia

(4) Syndicat d’initiative de Rânes

 

  DIAPORAMA DE LA PROCESSION DU 15 AOÛT A LA RAITIERE

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
 

Web Analytics